Election présidentielle et changement climatique

Le premier tour de l’élection présidentielle aura lieu le 10 avril, quelques jours après la diffusion de cette lettre de l’eccap. Il y aura dispersion des voix de la gauche. Certains voteront Jadot pour son engagement en faveur de l’environnement, d’autres voteront Mélenchon le mieux placé pour espérer figurer au deuxième tour, d’autres voteront Macron en pensant qu’il est le seul à avoir la stature voulue pour affronter les échéances internationales etc. Et il y a fort à parier qu’au deuxième tour ce sera bien E.Macron qui l’emportera pour cinq ans, malgré les mises en garde d’Alain Supiot(1) qui convergent tout à fait avec ce que nous dit F.Dosse(2) : si E.Macron est réélu, cela  «nous conduira inévitablement à la catastrophe car la gestion d’une nation comme une start-up ne peut répondre aux exigences du nouvel âge dans lequel nous sommes entrés, celui de l’Anthropocène », c’est-à-dire cette nouvelle époque où l’activité humaine est la principale cause de changement de notre habitat terrestre.

Jusqu’à présent l’Etat français n’a pas été à la hauteur des défis à relever. Soutenues par une pétition qui avait recueilli 2,3 millions de personnes, quatre organisations non gouvernementales avaient réussi en février dernier à faire condamner l’Etat dans « l’Affaire du siècle » pour ses carences dans la lutte contre le changement climatique. Plus récemment, le 14 octobre 2021, le tribunal administratif de Paris a condamné l’Etat à réparer le préjudice écologique qu’il a causé en ne tenant pas ses engagements dans la lutte contre le changement climatique. 

Les programmes des différents candidats ne sont pas à la hauteur. 

Le dernier rapport du GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts pour l’évolution du climat) paru en février montre que la plupart des tendances et des projections des précédents rapports du Giec ont été confirmées, ou ont été en dessous de la réalité. Les évènements extrêmes tels que sécheresse, inondations, tempêtes se sont multipliés. Il y a bien une prise de conscience générale des dangers encourus mais la réponse des politiques est insuffisante. 

Le Réseau Action Climat (RAC) qui regroupe une trentaine d’ONG a analysé le programme écologique des candidates et candidats à l’élection présidentielle(3), et il en a été de même pour The Shift Project présidé par Jean -Marc Jancovici. Il en résulte que même si les programmes avancés par J.L.Mélenchon et Y.Jadot sont plus fournis, aucun candidat à l’Elysée ne propose « une approche systémique, articulée, précise et chiffrée nécessaire à la transition écologique ».
  
Un plan de transformation de l’économie pour échapper à l’effondrement. 

Si les politiques ne sont pas à la hauteur pour affronter l’effondrement qui nous menace, compte tenu des conséquences du réchauffement climatique, nous avons certains signes de l’inquiétude largement partagée par l’opinion publique. Jean-Marc Jancovici milite depuis 20 ans pour attirer l’attention sur le changement climatique, et il intervient  fréquemment à la radio comme à la télévision. La bande dessinée « Le monde sans fin » qu’il a réalisée avec Christophe Blain s’est déjà vendue à 150.000 exemplaires. The Shift Project qu’il préside dispose d’une dizaine de permanents et de centaines de bénévoles. The Shift Project a fait paraître en février dernier un livre intitulé « Climat, crises : Le plan de transformation de l’économie française »(4) accompagné des remerciements à une liste de noms de plusieurs milliers de personnes qui ont contribué au financement de ce travail. Jean-Marc Jancovici dit bien qu’il s’adresse en priorité aux électeurs dans l’espoir qu’à leur tour ils fassent pression sur les décideurs politiques. 

Le Plan de transformation de l’économie française (PTEF) s’efforce de répondre à la question : « que faut-il faire pour mettre l’économie française en cohérence avec une baisse des émissions de gaz à effet de serre planétaires de 5% par an(5), compatible avec nos engagements climatiques, tout en permettant à chacun(e) de trouver un emploi ? » Chaque secteur est passé en revue : l’énergie, le logement, les transports, la santé etc. Y compris la culture à laquelle on ne penserait pas a priori. Les implications en matière d’emploi, de mode de vie et d’organisation de la société sont analysés. 

Chacun des chapitres a fait l’objet de suggestions soumises à des personnes compétentes, qui ont apporté leur contribution. Mais les auteurs sont bien conscients que leurs propositions devront être discutées par des consultations citoyennes et précisées démocratiquement. Pour chacun des thèmes abordés, le souci de lutter contre les inégalités a été manifeste. La nécessité d’une cohérence et d’une coordination entre les différentes propositions est soulignée. Les évolutions de l’emploi seront importantes, des secteurs  verront leur emploi diminuer et d’autres le verront augmenter. A cet égard les premiers contacts avec les organisations syndicales ont suscité un grand intérêt. 

Ce PTEF précise bien qu’aucune nation ne s’est organisée pour l’instant à appliquer concrètement les accords de Paris. Si la France appliquait ce Plan au nom d’une « ardente obligation » ce ne serait pourtant qu’une goutte d’eau dans l’océan, puisque le réchauffement climatique est mondial. Ce n’est pas une raison pour baisser les bras. 

Le premier chapitre du livre se termine par un coup de clairon : « La sortie des énergies fossiles est inexorable. Elle sera anticipée ou subie. La première nation qui ouvrira le passage marquera l’Histoire. Nous pouvons réussir, grâce à ce qui a fait la grandeur de ce pays : la raison et l’audace » 

2 Voir F.Dosse, in AOC du 10 mars 2022, « Macron ou le peuple de gauche floué ». F.Dosse rappelle qu’il avait écrit un livre enthousiaste en 2017 « Le philosophe et le président ». Profondément déçu, il écrit : « je me suis senti un devoir déontologique de publier le livre critique : « Macron ou les illusions perdues. Les larmes de Paul Ricoeur » Ed. Le passeur. 
3 Le Journal du Dimanche du 20 mars 2022 a donné le résultat de l’analyse du RAC et Le Monde du 30 mars a donné la synthèse de celle du Shift Project présidé par Jean-Marc Jancovici. . 
4 The Shjft Project. Climat, crises : Le plan de transformation de l’économie française. Février 2022. Ed. Odile Jacob. 
5 Les accords internationaux signés à Paris en 2015 prévoyaient que pour ne pas dépasser un réchauffement de plus de 2 degrés à la fin du siècle, l’humanité devait réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 5% par an.